Les balançoires au cœur du développement moteur et psychosocial des enfants

La balançoire est l’un des jouets préférés des enfants depuis des générations. Cette activité ludique réserve de nombreux bénéfices pour le développement des enfants, à la fois sur physique que psychosocial. En effet, les balançoires stimulent de façon naturelle et ludique des compétences motrices fondamentales chez l’enfant. 

Le développement physique 

En oscillant sur la balançoire, l’enfant affine progressivement sa sensibilité au vertige. Il apprend intuitivement à ajuster l’amplitude et la fréquence de ses mouvements de bassin et de jambes afin de se maintenir en équilibre. Cet entraînement naturel améliore sa coordination oculomotrice.

Sujet a lire : A la découverte de la rose éternelle

En poussant sur ses appuis plantaires de manière alternée, il sollicite efficacement les muscles des membres inférieurs. Ses abdominaux et ses dorsaux sont également sollicités pour maintenir sa posture. Un balancement quotidien de 10 minutes renforcerait autant les fessiers qu’une séance de sport ultra ciblée. 

Certains modèles permettent d’associer au plaisir des balancements des actions complémentaires comme attraper des anneaux ou viser des cibles en mouvement. Elles stimulent ainsi la dextérité manuelle et la réactivité perceptivo-motrice de l’enfant. Vous pouvez en savoir plus sur cette page web.

Sujet a lire : Comment créer un style tendance avec un tee-shirt imprimé humour ?

Le bien-être émotionnel

Les mouvements de va-et-vient sur la balançoire agissent tel un apaisement naturel pour l’enfant. Ils libèrent des endorphines procurant un sentiment de détente et de bien-être. L’enfant évalue instinctivement le niveau de prise de risque qu’il peut assumer en fonction de ses capacités. Il apprend ainsi à se faire confiance tout en restant en sécurité. Cette pleine conscience des limites corporelles participe à leur confort émotionnel.

Maîtriser seul ses allers-retours stimule le sentiment de compétence personnelle de l’enfant. Ses progrès graduels, quand il passe d’un accompagnement à l’autonomie complète, nourrissent positivement son estime de soi. Il est fier d’avoir relevé ce défi.

La découverte de soi 

En gagnant progressivement en habileté sur la balançoire, l’enfant apprend à mieux connaître son corps. Il apprend aussi à identifier ses capacités physiques du moment. Il mesure l’évolution de sa force et de son équilibre en tentant de balancer toujours plus haut. Cette découverte ludique de soi et de ses limites stimule sa confiance en ses capacités.

Perché sur son siège suspendu, le jeune enfant ressent pour la première fois une impression de libération et de maîtrise de l’espace. La vue dégagée sur les alentours et la sensation de flottement procurent à son esprit une douce évasion du quotidien. 

L’éveil aux interactions sociales

Jouer ensemble sur la balançoire est souvent l’un des premiers jeux de groupe pour les petits. Ils doivent prendre en compte l’autre et interagir pour trouver le rythme commun de balancement. Ces premiers échanges combinés à la jubilation partagée du mouvement renforcent les liens affectifs et la capacité de coopération des enfants.

Lorsqu’ils se relaient sur la balançoire, ils apprennent naturellement à gérer leurs envies personnelles pour respecter le tour de leur camarade. Des chercheurs ont montré que cette régulation émotionnelle instinctive dans l’interaction sociale facilitait grandement leur développement psychosocial ultérieur. Elle leur permette d’intégrer les notions : 

  • d’attente ; 
  • de partage ; 
  • de respect des autres.